Le sentiment d’une vie vide et vacuité

Dans le langage courant, on dit que les gens trouvent que leur vie est vide quand ils n’ont pas de buts, quand ils n’ont pas de relations d’intimité avec les autres, quand ils n’ont pas l’impression que leur vie a un sens.

C’est un manque de relations avec l’extérieur, d’objectifs personnels clairs ou de tranquillité intérieure.

Cette difficulté se résout en cultivant la confiance en soi, en fixant des priorités à sa vie, et en abandonnant les attentes déraisonnables.

La vacuité dont à parlé Bouddha, quant à elle, concerne le mode d’existence des phénomènes.

C’est l’absence d’existence substantielle dans les choses. C’est-à-dire que les choses n’existent pas par leurs propres moyens, à part elles, indépendantes de toutes les autres choses.

Comprendre cette vacuité-ci conduit à une impression de plénitude, et à sentir que notre vie a un sens parce que nous allons être libres de toutes les fausses interprétations restrictives et des émotions perturbatrices.

On réalise cette vacuité en étudiant, en réfléchissant et en méditant sur les enseignements.

Comment réaliser la vacuité ?

Est-ce la même chose qu’avoir l’esprit vide, l’esprit dépourvu de toute pensée ?

Non. Quand on réalise directement la vacuité, l’esprit est libre de pensées et de concepts.

Mais le seul fait d’écarter toute pensée de notre esprit, aussi paisible qu’elle soit, n’est pas la réalisation de la vacuité. Après tout, les bovins, eux aussi, ont l’esprit plutôt vide, ils n’ont pas beaucoup de pensées conceptuelles, mais ils n’ont pas réalisé la vacuité !

Réaliser la vacuité implique tout d’abord de comprendre de quoi les choses sont vides (d’existence substantielle), puis ensuite d’intégrer le fait que cette existence des choses par elles-mêmes est une hallucination qui n’a jamais existé du tout.

Recevez votre Ebook PDF sur les Notions de bases du bouddhisme

preloader